Partagez|

Au malheureux le sommeil est doux, mais terrible est le réveil !

avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

Isobel Fleming
Camériste
Age - 24 ans
Groupe- Wiccan
[17 novembre 1596 - Au milieu de la nuit][La suite de !]

Le tonnerre grondait à l’extérieur de la pièce et même à travers les rideaux fermés on voyait flamboyer les éclaires. Une douce chaleur émanant de l'âtre de la cheminée réchauffait la chambre d'Ailean, cette dernière reposait emmitouflée sous l’épaisse couette en laine écossaise qu'elle affectionnait particulièrement. La Baronne aurait dût se sentir en sécurité dans cette environnement familier mais alors que la foudre tombait dans la cour du castel et que le tonnerre frappait les murs de la bâtisse, Ailean sentit la terreur l'envahir, la pénétrer et ainsi la réveiller dans un sursaut d'effroi.

Isobel qui œuvrait à un ouvrage de tricot près de la cheminée, déposa ce dernier sur le cousin du fauteuil qu'elle occupait alors pour venir gagner le chevet de sa maîtresse. Elle prit la carafe d'eau trônant sur la table de chevet puis servit un verre à Ailean qu'elle lui tendit accompagnée de ses mots :

- Buvez Madame, cela devrait vous faire un peu de bien. Comment-vous sentez-vous ?

Sans attendre de réponse, elle déposa l'une de ses mains sur le front de la baronne pour lui prendre la température.

Hj : Ailean tu as un mal de crâne horrible, le corps courbaturé à cause de la chute et tu es couvertes de sueurs. Tu as un début de fièvre et si cela ne suffisait pas, tu as le cœur qui bat la chamade, l'esprit confus et un sentiment de frayeur qui persiste.




Dernière édition par Lune d'@rgent le Mer 19 Juil - 21:17, édité 6 fois
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
Ailean avait connu de meilleurs réveils dans sa vie et celui-ci était de loin l'un des pires dont elle se souvenait. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas expérimenté les chutes de cheval, quand elle apprenait encore à l'époque à gérer ces fichus canassons. Son corps tout entier lui faisait mal, sans compter qu'elle avait l'impression de baigner dans sa sueur. Elle n'avait pourtant pas chaud, au contraire. Elle tremblait sous les couvertures, tant de froid qu'à cause de cette sensation de malheur qui lui collait à la peau, et sa tête ressemblait à un ballon plein d'eau sur le point d'exploser sous la pression.

Oubliant la douleur de ses membres, Ailean se redressa sur les oreillers et accepta avec gratitude le verre que lui tendait Isobel. Tremblotante, elle avala l'eau à petites gorgées précautionneuses, pour ne pas risquer d'en ajouter à la sueur qui collait ses vêtements à sa peau.

"Mal," répondit-t-elle enfin, incapable d'ordonner ses pensées plus que cela pour fournir une réponse plus complète.

Résumons la situation : la baronne avait les membres ankylosés par sa chute, mal au crâne, le coeur au bord des lèvres et pire que tout, elle avait peur. Ce dernier sentiment était certainement le pire de tous. Elle pouvait supporter une migraine et les courbatures, mais la peur était un ennemi autrement plus difficile à dompter. Ailean tourna le regard vers la fenêtre obstruée par le rideau. Tout ce qu'elle ressentait était au diapason des éléments extérieurs. Quoi qu'à y réfléchir (c'est à dire très lentement dans son état), elle détestait surtout ne pas savoir d'où tout cela lui venait. Elle n'avait aucune raison particulière d'avoir peur et pourtant, impossible de s'en défaire. Il allait se passer des choses qu'elle n'allait surement pas aimer dans les jours ou mois à venir, et la baronne avait laissé échapper l'occasion d'en savoir plus à cause de son idiotie et d'une trop grande confiance en elle. À défaut d'avoir appris quelque chose sur les événements à venir, elle avait au moins appris quelque chose sur elle-même.

Plusieurs minutes passèrent ainsi, à mettre ses idées en ordre, quand elle repensa tout à coup à son invité.

"Qu'en est-il d'Oengus ? Dire qu'il était venu chercher de l'aide et je lui apporte plus de problèmes que de solutions..."

C'était juste ce qu'il fallait à Ailean pour arranger son mal de crâne.
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

Isobel Fleming
Camériste
Age - 24 ans
Groupe- Wiccan
Aussi discrète qu'une petite souris, Isobel venait de regagner la cheminée sitôt avoir décelé la fièvre qui pointait le bout de son nez chez sa maîtresse. Soucieuse envers l'état de santé de cette dernière, elle déposa un petite chaudron en fonte dans le foyer afin d'y faire réchauffer son contenu. Pendant que le liquide regagnait la temperature adéquate à sa consommation, elle sortie d'un petit placard en bois, une tasse en gré brune et un pot de miel qu'elle plaça sur la tablette en pierre de la cheminée.

Silencieusement afin de ne pas déranger la Baronne, la dame de compagnie souleva à l'aide d'un torchon, le couvercle de fonte qu'elle déposa à même le sol. Puis, elle remua avec une cuillère en bois l'infusion de plantes à l’intérieur du chaudron. Du bout des lèvres, Isobel jugea par deux fois de la température du liquide à interval de quelques minutes avant de le verser dans la tasse lorsqu'elle en fut satisfaite.

- Sans vouloir vous vexer madame et selon les dires de mon frère, vous étiez le moindre de ses soucis à ce moment là. A peine étiez-vous tombée de votre monture que la partie animal du vieil alpha s'est mise à hurler à la mort.

La jeune femme s'approcha du lit sur lequel reposait Ailean, la tasse fumante dans laquelle elle venait d'ajouter une cuillerée de miel entre les mains. D'un geste maternel, elle souffla doucement au dessus du contenant pour en refroidir légèrement le contenu avant de la tendre à sa maîtresse en prenant place aux côtés de cette dernière sur sa couche.

- Cela devrait apaiser votre fièvre et vous redonnez un peu d’énergie. Désirez-vous que je vous fasse préparer un bon bain chaud pour vous nettoyer et vous détendre un peu ?

Connaissant bien le caractère impatient d'Ailean au bout de temps d'années à son service, Isobel transmit les autres informations en sa possession. La fratrie n'entretenait aucun secret entre eux et son frère lui avait narré l'histoire une fois le castel regagné en compagnie d'une Baronne évanouit.

- Iarbonel à cru comprendre entre deux hurlements que l'Alpha venait de perdre sa fille. Il s'est rapidement transformé devant lui avant de s'enfuir à quatre pattes en direction du territoire de la meute. Mon frère est partie pour l'ancien monastère au courant de la matinée, profitant d'une accalmie du temps pour voyager afin de rapporter les affaires d'Oengus oubliées suite à sa transformation précipitée. Avec la tempête qui fait rage à nouveau au dehors, il n'est toujours pas rentré et je m'inquiète un peu pour lui.

Hj : En règle générale, Isobel et Iarbonel à ton service depuis ton adolescente ont apprit à maîtriser leurs émotions en ta présence. Mais la sœur peinait toujours à masquer les siens lorsqu'il s'agissait d'inquiétude à propos de son petit frère. Et aujourd'hui semblait être l'exception à la règle, tu ne resents absolument rien à ce sujet.


Dernière édition par Lune d'@rgent le Mer 19 Juil - 21:20, édité 1 fois
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
Loin d'être vexée (ah ah) par ce que lui apprenait Isobel, la-dite baronne accepta la tasse fumante avec autant de gratitude que précédemment le verre d'eau. Elle prit plaisir à se réchauffer les doigts autour de la tasse, s'amusant intérieurement des précautions de sa fidèle camériste. Parfois, Ailean se demandait qui était l'aînée dans leur inséparable duo tant Isobel la maternait à outrance parfois.

"Je ne dis pas non à un bain. Je me sens sale et puante, ce n'est vraiment pas agréable."

Elle se rembrunit sensiblement en apprenant la triste nouvelle. Il ne fallait pas s'étonner si Oengus ne s'était pas préoccupé d'elle face à ce qu'il avait appris. Qu'en était-il de la raison de ce décès ? Ailean avait peur d'apprendre que la fille de son allié avait périt des mains du même meurtrier que la paysanne dont elle aurait dû voir le corps aujourd'hui. Il ne restait plus que Iarbonel pour la mettre au fait des derniers événements. S'il revenait un jour.

Ailean écouta la récit des événements avec concentration, le regard de nouveau tourné vers la fenêtre. Ainsi, l'autre moitié de la fratrie n'était donc toujours pas revenue au castel.

"Et je ne peux pas demander à qui que ce soit de prendre le risque de sortir pendant une tempête," répondit-elle, désolée. "Mais je suis sûre qu'il est à l'abri au sein de la meute."

Non pas qu'Ailean avait une tendance marquée à se faire du mal à elle-même, mais elle vivait depuis tellement longtemps en harmonie avec son empathie qu'elle ne remarquait pas toujours quand elle en faisait usage, à fortiori quand il s'agissait d'Isobel ou Iarbonel. La baronne jaugeait toujours ses vis à vis grâce à son don, restant en surface des sentiments de ses interlocuteurs pour avoir la meilleure posture face à eux. Et elle connaissait parfaitement Isobel. Le frère et la sœur étaient comme les cinq doigts d'une main, inséparables et aussi proches que pourraient l'être deux jumeaux fusionnels. Si l'un n'était pas là où il devait être, l'autre était immédiatement sur le charbons ardents. Aussi fut-elle passablement surprise (et inquiète) de ne ressentir aucune anxiété d'Isobel. Impossible que sa complice de toujours ait appris à maîtriser ses émotions en quelques heures...

"Je vais te poser une question qui va surement te paraître étrange, mais... Tu es inquiète à combien sur une échelle de là (elle baissa sa main au niveau des couvertures, le niveau d'inquiétude le plus bas) à là ?" demanda-t-elle en plaçant la main au niveau de son visage cette fois.

Elle se faisait peut-être du souci pour rien, et Isobel allait lui expliquer qu'elle ne s'inquiétait pas parce qu'elle savait son frère compétent et capable de prendre soin de lui. Mais elle n'y croyait en fait qu'à moitié.

"Ce n'est surement que le contre-coup de mon utilisation abusive de mon empathie," reprit-elle sans attendre de réponse, plus pour se rassurer qu'autre chose. "La fièvre ne doit pas m'aider non plus, ça finira bien par revenir..."
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

Isobel Fleming
Camériste
Age - 24 ans
Groupe- Wiccan
La jeune écossaise attendait avec confiance de constater la réalisation des paroles de sa maîtresse. De façon habituelle, les ressentiments et impressions diverses d'Ailean trouvaient toujours un écho de vérité dans la réalité. Et bien qu'en sachant au plus profond d'elle-même que les mots de celle-ci se voulaient sans doute réconfortant, Isobel ne pouvait s'empêcher d'espérer que le don de la lignée s'exprimait une fois encore.

Introduite dans l'entourage d'Ailean depuis son adolescence, elle avait tout naturellement décidée de lier son existante à celle de sa vieille amie, lorsqu'elle dû rejoindre les rivages de l'île d'émeraude pour s'unir au Baron Drogheda. Sa vie appartenait à l'Irlande désormais mais, l'Ecosse régnerait toujours sur son cœur ! Iarbonel était le cordon qui reliait solidement le tout et qui par sa simple présence, maintenait continuellement le mal du pays à l'écart. D'une année son cadet, leur statut de derniers nés de la fratrie les avaient rapproché depuis l'aube de ses souvenirs.  Ils avaient partagé tant de chose ensemble : leurs jeux d'enfants, leurs confidences, leurs premiers émois amoureux, etc, et c'est donc pourquoi, sans même prendre le temps d'y réfléchir, sa main se souleva jusqu'au visage d'Ailean.

- Je sais que d'ordinaire, je m'inquiète toujours pour un rien lorsque cela concerne mon frère. Mais cet orage... Il ne fait qu'attiser mes craintes les plus profondes. J'ai cette impression qui persiste depuis le debut de l'été qu'un grand malheur va s'abattre sur nous.

Voilà des semaines qu'Isobel hésitait à faire part de son impression, ne trouvant au final jamais le moment adéquate pour le mentionner. Il n'était plus le temps aux hésitations car plus celui-ci s'écoulait, plus l'apprehension s'intensifiait. D'une nature superstitieuse, elle voyait dans les soucis empathiques de sa maîtresse, un mauvais augure pour la suite à venir. Sachant qu'en règle générale la souffrance était un sentiment plus puissant que l'inquiétude, elle choisit de se mordre fortement l’intérieur de la joue en observant attentivement la  - non  - réaction d'Ailean.


Dernière édition par Lune d'@rgent le Mer 19 Juil - 21:21, édité 2 fois
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
Quand la main d'Isobel atteignit son visage, Ailean la prit dans les siennes, pour insuffler le courage qui allait faire défaut à son amie. Elle s'inquiétait aussi pour le membre manquant de la fratrie, mais si quelqu'un devait garder la tête froide dans un moment pareil, c'était bien elle. Qui  le ferait sinon ? Pour tous les autres, Iarbonel n'était qu'un soldat de plus rattaché à sa maison, il n'y avait qu'Isobel et elle, dans une mesure bien moindre, pour s'inquiéter plus que nécessaire. Dans cette situation, c'était à Ailean d'être l'adulte.

Insensible aux efforts d'Isobel pour réactiver son empathie (au sacrifice de sa joue), Ailean commença à repousser précautionneusement les draps et couverture qui la recouvraient. Elle y allait lentement, pour ne pas faire empirer son mal de crâne, mais elle avait aussi urgemment besoin de changer de vêtements, de faire changer les draps également et de se décrasser aussi. Ce n'est que les deux pieds au sol qu'un détail lui revint brutalement à l'esprit, comme si l'information avait été bloquée jusqu'à présent sans être comprise.

"Il est parti ce matin ? Mais nous avons quitté le manoir en fin de matinée déjà, combien de temps ai-je dormi ?"

Pendant un instant, Ailean se mit à craindre que sa chute ait été plus grave que ce qu'elle avait cru et elle porta la main à ses cheveux, palpant son crâne pour y déceler quoi que ce soit qui pourrait lui faire craindre pire encore. Bosse, plaie ou bandage. Elle releva finalement les yeux vers Isobel, avec un semblant de calme. Être adulte et responsable.

"Dès que la tempête se sera calmée, j'enverrai quelqu'un se renseigner sur Iarbonel auprès d'Oengus, je te le promets."

En espérant que la tempête en question aurait le bon goût de se terminer rapidement.

"J'ai bien envie de ce bain que tu m'as fait miroiter sans y donner suite. Tu me tortures sans en avoir l'air, ce n'est pas très gentil," reprit-elle d'une voix plus légère. "Tu veux bien t'en occuper ? Il faut que je change de vêtements, je ne supporte plus de nager dans ma sueur."
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

Isobel Fleming
Camériste
Age - 24 ans
Groupe- Wiccan
Que son inquiétude ne trouble sa maîtresse était une chose, que la douleur qu'elle venait de s'infliger sciemment n'engendre même pas le lever d'un sourcil en était une autre. Malgré son inquiétude multiplié par deux à présent, Isobel vient en aide à la Baronne en repliant les draps vers le pied du lit pour lui permettre de s'en extraire plus facilement.

- Vous avez conservé le lit deux jours madame et je m’étonne d'ailleurs, que vous soyez éveillé sitôt. Personne de votre lignée n'a à ma connaissance expérimenté son empathie sur l'Alpha d'une meute. Iarbonel à parler d'inconscience il me semble !

Pendant qu'Ailean semblait s'efforcer à découvrir une quelconque trace physique de sa mésaventure, Isobel entreprit de défaire le lit de ses draps souillés par la sueur. Alors qu'elle entrouvrait les lèvres pour émettre une réponse, la porte de la chambre s'ouvrit sur le maître des lieux. En bonne domestique, elle savait toujours lorsqu'il était temps de disparaître afin d'offrir l'intimité nécessaire au couple qu'elle servait.

- Je vais m'occuper de votre bain madame.

Puis de s'en aller s'afférer à sa tâche, les draps roulés en boule sous le bras.


Dernière édition par Lune d'@rgent le Mer 19 Juil - 22:27, édité 1 fois
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

John O'Doherty
Baron
Age - 32 ans
Groupe - Daoine
Le baron dans le couloir, déchiffrait une missive. Relevant la tête, il découvrit son épouse hors du lit et marqua une pause sur le seuil. Il prononça à l'adresser du serviteur qui le suivait.

- Mandez au Comte que je me présenterai à lui après-demain et maintenant laissez-nous.

Alors que l'huis se refermait, il s'approcha de son épouse. Il ne lui fallut que deux enjambés pour la rejoindre puis, de l’enlacer par derrière en une étreinte délicate. Il lui déposa une baiser dans le cou avant de susurrer à son oreille.

- Ma mie, vous me voyez soulagé de vous découvrir rétablit. Est-ce prudent dans votre état de sortir du lit si rapidement ?

Il était inquiète évidement et comme à l'accoutumé dans un tel cas, surprotecteur à son égard. Ailean étant la prunelle de ses yeux, son cœur ne désirait rien d'autre que de la savoir en bonne santé. Un nouveau baiser, sur sa joue cette fois.

- En cette saison d'orages quotidien, vous devriez éviter de monter votre cheval. Ces pauvres bêtes s’effrayent pour un rien. Cela évitera de me faire un sang d'encre à votre sujet.
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
"Et je ne peux pas lui donner tort cette fois."

Même s'il lui plaisait assez d'être une pionnière dans le domaine. Et si elle avait su gérer le flux d'émotions, cela aurait été encore mieux.

Ailean se leva pour permettre à Isobel de récupérer les draps et enfila une robe de chambre. Le propre de la fièvre était de donner froid en même temps que chaud, et si elle se sentait assez en forme pour sortir de son lit jusqu'à un fauteuil, en attendant son bain, elle ne l'était pas assez pour prendre le risque stupide de ne pas se couvrir. Elle n'eut cependant pas l'occasion de rejoindre son fauteuil que son mari faisait son entrée dans la chambre.

"Je crois avoir passé trop de temps au lit."

Elle se retourna à demie en souriant quand elle sentit ses lèvres sur sa joue. Elle conserva la même expression même si cela ne devait pas avoir le même effet que d'habitude avec ses traits tirés par la fatigue et sa tenue débraillée, quand elle l'écouta parler de promenade à cheval.

"Moi qui escomptais justement partir en promenade maintenant..."

Parfois, elle se sentait mal à l'aise face aux demi-mensonges qu'elle se trouvait obliger de laisser passer. Toutes les femmes wicce devaient un jour se poser cette question : devaient-elles dire la vérité aux personnes qui partageaient leur vie ? Ailean se l'était déjà posée, et quand elle imaginait les conséquences désastreuses que cela pourrait avoir, le courage la fuyait. Elle avait eu de la chance. Son union, arrangé par son père, lui avait apporté bien plus que ce qu'elle avait espéré. John s'était révélé un époux moins horrible que ses pires prévisions, au contraire même, et elle pouvait donner son avis sans que celui-ci ne soit remisé au placard pour le simple fait qu'elle soit une femme. Et il y avait la profonde affection qui les liait. Devait-elle briser tout cela pour un peu de franchise ?

"Je suis désolée, je ne voulais pas vous inquiéter, je ne pensais pas que l'orage nous rattraperait si vite."

Pour détourner l'attention de ce sujet qui restait pour le moins épineux, Ailean se coula entre les bras de John, quémandant silencieusement un peu de sa chaleur et de sa force.

"Que veux notre cher comte cette fois ?"
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

John O'Doherty
Baron
Age - 32 ans
Groupe - Daoine
- Je préférerais que vous y paressiez tout votre saoul pour permettre à votre corps, de retrouver sa santé. Taquin, il mordilla  le lobs de l'oreille de son épouse avec douceur. Et l'éclat de votre incommensurable beauté.

Puisque le visage de sa douce amie était à demi tourné, il lui ravit un baiser sur les lèvres. Il essayait ainsi de se faire pardonner, cette petite pique espiègle sans méchanceté, servant surtout à camoufler sa trop grande inquiétude, qu'il s'apprêtait à sortir :

- Si vous persistez dans votre entreprise femme, je n'hésiterais pas à vous enfermer dans les geôles pour votre bien.

Inconscient des remords tourmentant son épouse, John se mit à jouer doucement avec la chevelure de cette dernière. Il raffermit sa prise autour de la taille d'Ailean lorsqu'elle quémanda un peu plus de tendresse, déposant sa joue contre la sienne, la frottent légèrement.

- Je vous enjoins d'être plus prudente, la prochaine fois que vous désirerez faire une promenade hors du castel. Ou vous rendre aux villages. Et ne sortez pas uniquement en compagnie d'Iarbonel en ses temps troublés. La guerre n'est point à nos portes mais tout de même, je serez plus tranquillisé de vous savoir sous bonne escorte.

Le Baron couvrit sa moitié de tendres baisers, cherchant à atteindre les différentes parties de sa peau nue se trouvant à sa porter.

- Une levée de troupe ma mie. Répondit le Baron, d'un ton plus grave. Hugh Roe me commande de lui fournir cent cinquante hommes de Drogheda, équipés, armés et prêts à le suivre dans sa lutte contre les armées de la bâtarde Tudors. Nous partons au combat vers la mi-février. Il souhaite surprendre les anglais en frappant le premier avant le début du printemps.
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
Ailean se mit à rire doucement face à la verve amoureuse de son époux.

"Je crains de devoir garder le lit longtemps pour retrouver mon "incommensurable beauté"," répondit-elle en faisant la moue.

Quant aux geôles, elle n'y avait jamais mis les pieds et ne tenait pas à les découvrir. Elle baissa les yeux en signe de soumission, mais sans perdre le sourire qui ne voulait plus quitter ses lèvres.

"Comme le souhaite mon seigneur et maître..."

Elle ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas pu faire autrement que de demander à Iarbonel seul, pour ne pas devoir expliquer pourquoi c'était elle et non le seigneur des lieux qu'Oengus était venu quérir. Elle était bloquée au castel le temps que cette période orageuse se termine et par la suite... qui savait ? Elle n'avait toujours pas vu le corps et tenait autant que faire se peut à le voir pour déclencher une éventuelle vision. Et si ce n'était pas celui-ci, ce serait un autre, car rien n'indiquait que le tueur allait s'arrêter en si bon chemin et cela tant que personne ne l'aura arrêté. Ailean ne pouvait pas promettre qu'elle ne recommencerait pas, mais comme trop souvent, la situation exigeait le contraire d'elle.

"J'y penserais bien sûr."

La jeune femme se tortilla entre les bras de John, qui la chatouillait. Ou était-ce pour dénuder plus encore de peau ? Difficile de le savoir. Toutefois, la menace de la bataille à venir refroidit son élan passionné et Ailean se recula un peu pour le regarder droit dans les yeux, incapable cette fois de masquer son désarroi.

"Faire la guerre en hiver ? Vous devez le convaincre de repousser l'échéance en des temps plus cléments ! Ou ce ne sont pas les anglais qui seront vos ennemis, mais le froid, la neige et les engelures."

Ailean était épouvantée de cette nouvelle. Elle savait, bien sûr, que les hommes étaient avant tout des soldats et qu'en temps de guerre, comme maintenant, il était inévitable qu'ils partent faire ce que commandait leur seigneur. Mais en tant qu'épouse, elle ne pouvait pas s'empêcher de craindre le pire.


Dernière édition par Banshee le Dim 23 Juil - 13:42, édité 1 fois
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

John O'Doherty
Baron
Age - 32 ans
Groupe - Daoine
Cette impression que la cérémonie datait de la veille à peine s'imposait à son esprit. John s'entendit prononcé ses vœux devant le prêtre, jurant fidélité à son épouse, promettant de la chérir dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie. Lui en eût-elle fait la demande qu'il l'aurait accompagné sur le sentier de l'enfer. Mais, c'était son rire qu'il idolâtrerait par-dessus tout, quitte à offrit de lui même afin de ne jamais faire cesser cette félicité la caractérisant.

- Je peux être l'un de ses hommes qui, héroïquement, paient de leurs personnes... susurra-t-il directement à son oreille dans l'espoir de l'émoustiller sensuellement, ...afin de vous prouver le plaisir de céder aux désirs du lit ma douce amie.

Eût-elle été en état d'être honorée, qu'il aurait mené son épouse directement au lit pour prouver la véracité de ses paroles. Néanmoins, son propre corps trahissant le brasier qu'il venait lui même d'engendrer, son épouse pu ressentir la fermeté de sa passion à son égard.

- Etre soumise ne vous sied guère ma mie. Vous savez pourtant que seul les petites chattes sauvages trouvent grâce à mes yeux.

Le baron délaissant alors la chevelure de Madame son épouse, s'en fut conquérir des terres fort plus généreuses. Sa main s’apprêtait à envahir la vallée perdue dans ces reliefs typiquement féminin, lorsque soudainement le chemin y menant lui fut inaccessible. Il fit part de son mécontentement d'un grognement animal.

- Patienter jusqu'au dégel est une bien sage décision. Néanmoins, nous accorderions le temps nécessaire aux anglais de s'organiser pour l'affrontement. Cette stratégie nous donnerait la possibilité d'une incursion rapide dans leur rang, l’occasion de provoquer de nombreux carnages dans leur camps sans subir de lourde pertes de notre côtés...
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
La conversation prenait un tour qu'Ailean n'avait pas imaginé. Ou peut-être y avait-elle pensé, même si sa tête sonnait encore les cloches de temps à autre. Elle n'était pas certaine que son corps affaiblit par la fièvre accepterait pareil traitement, quand bien même en avait-elle envie. Heureusement pour eux, il y avait bien des façons de soulager ses désirs.

"Je vous suis gré de votre dévouement à ma cause... Votre aide serait grandement appréciée."

Et en effet, Ailean ne ratait rien de l'appétit de son époux, si l'on comptait qu'elle n'était pas encombrée par des couches de jupes et de jupons.

"Je trouvais que la soumission seyait plus au sujet que le contraire. Mais je peux certainement arranger les choses."

À défaut d'apaiser ses propres tourments, au moins pouvait-elle remplir son rôle d'épouse sans risque d'aggraver ses maux premiers. Si Ailean avait quelque peu avalé la distance qu'elle avait pourtant mise entre elle et John auparavant, elle n'en conservait pas moins les sourcils froncés tant le sujet continuait de l'inquiéter. Mais on disait aussi que l'oreille était plus encline à écouter quand le reste était comblé, et comme une conversation n'empêchait pas ce qu'elle avait en tête, elle répondit.

"Les pertes ne viendront certes pas des anglais, mais de l'environnement, ce qui n'est pas moins pire. Il y a une bonne raison qui explique que les anglais restent cantonner chez eux à cette période de l'année..."

Comme il convenait à une jeune noble, Ailean s'était présentée vierge le jour de son mariage. Tout ce qu'elle savait, elle le devait à celui qui partageait sa vie aujourd'hui et lui avait donné deux beaux enfants. Et parce que John lui avait appris tout ce qu'elle savait, elle n'avait plus aucune difficulté, aujourd'hui, à prendre des initiatives pendant leurs étreintes. En même temps qu'elle parlait, ses mains s'étaient affairées à défaire les boucles qui retenaient le pantalon. En bonne empathe, elle avait appris rapidement ce qu'il lui fallait pour garder son mari dans son lit plutôt que de le voir dans celui d'une maîtresse quelconque. Ailean avait donc entreprit de soulager la verge tendue en même temps qu'elle reprenait le fil de son plaidoyer.

"Reconsidérez la demande du comte. Il me serait extrêmement pénible de vous imaginer à la merci du froid, alors que je ne serais pas présente pour vous réchauffer."

Son timbre de voix avait baissé au fur et à mesure, jusqu'au silence ponctuant la fin de sa phrase. Ailean continuait son oeuvre, avec toute la science accumulée après une décennie de vie commune. Elle ne portait peut-être pas l'épée, mais elle avait d'autres armes toutes aussi tranchantes dans son arsenal.
avatar
Lune d'@rgentPuissance supérieureMessages : 271
Date d'inscription : 15/04/2009
http://cuige-uladh.forumactif.com

John O'Doherty
Baron
Age - 32 ans
Groupe - Daoine
Il y avait cet éclat dans le regard de John, celui là même qui exprimait avec vivacité les sentiments qu'il éprouvait à l'égard de son épouse. Un rire s'échappa d'entre ses lèvres, reflétant le bonheur éprouvé en cet instant alors qu'il l'étreignait toujours avec tendresse. Il n'y avait plus merveilleuse créature à ses yeux tant bien même fut elle crasseuse et qu'elle exhalait une odeur peu flatteuse.

- Quoi qu'il advienne, je demeurerais toujours votre preux chevalier servant ma mie.

Un serment que monsieur le baron ne cessait de renouveler envers son épouse au fil des années. Oui, il l'aimait sincèrement et ce depuis que son regard s'était déposé sur elle le jour de son arrivée au castel familiale. Et il remerciait les cieux de lui avoir épargné le calvaire qui avait scandé l'union de ses parents au quotidien. Les hurlements, la tromperie, les pleures et la violence conjugale qui avaient rythmé sa jeunesse, il s'était toujours promit de ne pas faire subir cela à son épouse, de toujours la traiter avec respect. Jamais, il ne s'était attendu à découvrir des sentiments lors d'une union arrangée. Et il ne pouvait s’empêcher de lui assurer quotidiennement qu'il était le roc qui la soutiendrait tout au long de sa vie. Il était son amant, son ami, son confident. Et bien qu'il sache qu'elle avait pour lui encore quelques secrets, il patientait sans la brusquer qu'elle se confie à lui.

- Il m'est plus agréable de corriger ... Il joignit le geste à la parole en offrant une petite tape sur le noble fessier de son épouse. ... les vilaines filles.

Et comme si cette dernière désirait lui offrir raison, la voilà qui justement s'employait à extraire la longiligne virilité de son époux de ses chausses. La verge jaillit dans toute sa gloire [Cool] et telle une conquérante en territoire conquit, Madame la Baronne prit entre ses doigts la verge tendue, afin d'y appliquer quelques va et vient habiles démontrant sa grande experience en la matière. Ce traitement ne laissait ce pauvre John stoïque, dont le souffle fort et saccadée raisonnait à travers la pièce à présent silencieuse.

Les paupières closes, John prit le temps d’apprécier le plaisir engendré par l'action de son épouse. Et c'est avec regret qu'il y mit fin en saisissant le poignet d'Ailean entre ses doigts, avant de l'attirer à lui afin de l’embrasser avec fougue.

- Ne croyez pas que je ne vois pas claire dans vôtre jeu vile succube. Il plaça sa main libre sur le postérieur de sa femme et de l'autre, lui caressa la joue. Vous le connaissez aussi bien que moi à présent. Hugh Roe est une tête brûlée qui refuse bien souvent d'entendre raison. Seul le Comte de Tyrone parvient à avoir de l'ascendant sur ses choix.
avatar
BansheePuissance supérieureMessages : 97
Date d'inscription : 12/05/2009

Ailean O'Doherty
Baronne
Age - 27 ans
Statut - Wiccan
Ailean répondit d'un sourire au serment de son époux. À le voir ainsi, elle se rappelait pourquoi elle avait changé d'avis sur le mariage après l'avoir rencontré. Elle avait appris par son père qu'il avait conclu une alliance profitable pour leur famille en son nom, et que par conséquent, elle épouserait un homme qu'elle ne connaissait pas et qu'elle rencontrerait quelques jours avant les noces. En bonne fille bien élevée, Ailean avait acquiescé sans protester. Toute sa vie, elle s'était préparée à ce rôle. Elle était inquiète de devoir quitter les siens pour des terres qu'elle ne faisait qu'entendre parler, mais en même temps, elle faisait assez confiance à son père pour ne pas lui imposer un époux qui avait l'âge d'être son père ou son grand-père... En cela, elle ne s'était pas trompée. John avait été et était toujours tout ce qu'une femme pouvait espérer dans une union arrangée. Le temps avait fait son oeuvre pour le reste.

Après lui, ce fut au tour d'Ailean de pouffer aux propos de son mari, le regard rieur.

"Je vous rappelerai vos paroles à l'occasion, quand je me serais remise de cette vilaine fièvre."

La réaction de John était celle que la baronne attendait, quand bien même cela n'eut pas l'effet escompté sur le sujet des anglais et de la guerre en plein hiver. Elle ne savait plus si elle devait maudire les anglais de mettre à mal leur vie ou Hugh Roe pour être aussi stupide. Car à ce stade, il s'agissait bien de stupidité pour Ailean. Mais ce n'était pas le genre de chose à dire, quand bien même savait-elle qu'elle avait une grande liberté d'expression avec John.

Elle lui rendit son baiser avec presque autant d'entrain. C'était tout ce qu'elle pouvait donner pour les jours à venir.

"Je suis démasquée, je le crains. Mais je gage que cela ne vous importune pas plus que cela," commenta-t-elle taquine avant de reprendre plus sérieusement. "Promettez-moi alors simplement de parler au comte de Tyrone. Pour l'épouse inquiète que je suis."

À défaut de la certitude que John ne partirait pas guerroyer et patauger dans la neige en plein hiver, au moins saurait-elle que tout avait été tenté pour repousser l'échéance à plus tard.
Contenu sponsorisé


Au malheureux le sommeil est doux, mais terrible est le réveil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lapin en sommeil mais éclairé!
» On le savait déjà mais...
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Merci ? Mais de rien...
» Jour 6 : Mais quel flemmard!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cúige Uladh. :: Caisléan Dochartaigh :: Les appartements privés-